Un peu d’histoire

Les écrits certifient l’existence de la tarte au Stofé dès le XIIIème siècle. Lors d’une grande fête célébrant la charte qui autorisait la franchise du commerce et l’autorisation aux artisans d’exercer leur art et aux producteurs et éleveurs de vendre librement leurs produits ; la noble dame Alice (descendante du Seigneur Godfroid de Wavre) fit distribuer la tarte au peuple en liesse. C’est pourquoi cette tarte se déguste lors du « Jeu de Jean et Alice », évènement festif et folklorique incontournable qui se déroule tous les cinq ans dans la Cité du Maca (2012-2022).
On dit de la tarte au Stofé que : « sans faim même, on ne dit pas non ». Le Stofé (ou blanc Stofé) signifie fromage blanc en wallon. Il est l’ingrédient principal de cette tarte fraîche et légère, agrémentée de macarons et amandes amères écrasés sur un fond de pommes reinettes grises. L’association des saveurs et la cuisson au four lui valent son goût incomparable.

Naissance de la Confrérie :

En 1972, quelques amoureux de Wavre, réunis autour de Serge VIERSÉ, décident de relancer cette tradition gastronomique et créent une confrérie. Le mouvement confrérique est loin d’être ce qu’il est aujourd’hui et la jeune confrérie n’a qu’un rayonnement très limité. Marcel GOSSUIN, commissaire de police de la localité, est membre de la Seigneurie du Remoudou. Navré de voir s’éteindre peu à peu la confrérie locale, il décide d’abandonner le Remoudou pour reprendre en main le Stofé. C’était en 1983. Sous son emprise, la confrérie repartit sur des bases saines. Malheureusement son entrée au sein du CNBB fut refusée plusieurs fois, les administrateurs du Conseil Noble estimant que la Tarte au Blanc Stofé de Wavre et la Blanke Dorèye de Jodoigne étaient un seul et même produit. Ils se référaient à un article du règlement précisant que deux confréries ne pouvaient promouvoir le même produit. Cette situation ubuesque entraîna quelques réunions homériques, chacun restant sur ses positions. Mais comme dans la chanson, tout finit par s’arranger et la Confrérie du Stofé fut enfin admise au sein de la grande famille.
Cette fois la Confrérie du Stofé était sur la bonne voie. Hélas, la maladie éloignât Marcel de sa chère confrérie et c’est la Grande Dame Promeraine « Suzanne MICHOTTE » qui reprit avec énergie la barre du navire. Son décès en février 2005 surprit tout le monde et c’est Roland DETHY qui lui succédât avant de passer la main à son Grand Chambellan, Daniel HAULOTTE, toujours en place aujourd’hui.